Chercher
Strasbourg

RBR 2020 : vers un label ambitieux pour des logements sains et sobres en énergie

Schoeck_Nancy.jpg
Raphaël Kieffer, Directeur Général de Schöck France s’exprime sur le rapport dévoilé il y a quelques jours du groupe de travail Réflexion Bâtiment Responsable 2020 (RBR 2020).


Le groupe Schöck salue les conclusions prometteuses pour tous les acteurs du BTP du troisième rapport du groupe de travail, qui se penche depuis 2011, sur la RBR 2020. En plus d'annoncer les grandes lignes directrices d'un futur label de performance du bâtiment, ce groupe composé d'une trentaine de spécialistes qualifiés et indépendants, souhaite par ce rapport nous encourager, nous industriels du bâtiment, à nous « mettre en mouvement au plus vite dans la démarche de bâtiment responsable ».

Construire des bâtiments sains et sobres en énergie: un enjeu ambitieux mais réalisable

Nous remarquons avec satisfaction que le rapport rejoint en tous points nos préoccupations en matière de santé et de confort d'usage, que nous avions détaillé lors d'une conférence de presse, organisée le 10 juillet dernier, avec le Groupement des industriels du Mur Manteau, le bureau d'études Pouget Consultants et Medieco, expert en ingénierie de santé. Nous avions notamment évoqué les conséquences négatives en termes de coûts, de santé publique et de qualité de l'air intérieur du non traitement des ponts thermiques. Ces préoccupations, reconnues par le groupe de travail comme moins bien traitées dans les règlementations antérieures, deviendront demain des enjeux majeurs.

En effet, le traitement des ponts thermiques est indispensable pour remplir l'objectif de bâtir des logements sains, exempts de toute moisissure, et économiques à l'usage. Pour ce faire, il faudra être bien plus ambitieux que la RT2012 (qui fixe un psi de 0,6W/m.°k en moyenne) en descendant d'une part cette valeur à 0,4W/m.°k mais aussi en la considérant comme absolue.

Par ailleurs, inscrire une telle valeur dans un label permettra de diminuer de façon significative le montant des charges des consommateurs, qu'ils soient futurs propriétaires ou locataires de ces bâtiments nouvellement labellisés. Les économies substantielles réalisées grâce aux rupteurs de ponts thermiques ne sont pas négligeables, eu égard aux augmentations régulières du prix du gaz et des énergies fossiles.

Cette solution technique, d'ailleurs souvent privilégiée par les bailleurs sociaux, est également pérenne car les rupteurs n'occasionnent aucun coût d'entretien ni de frais de remplacement puisqu'ils sont mis en place au moment de la construction du bâtiment et ont la même durée de vie que celle du logement.

Définir des indicateurs de performance comme mesures du bâtiment responsable de demain

Mettre en place des tests de performance thermique, lors de la construction du bâtiment et tout au long de la vie, comme le propose le groupe de travail, rend incontournable la qualité de l'enveloppe et le traitement efficace des ponts thermiques des bâtiments.

La continuité de l'isolation permise par le traitement des ponts thermiques a également des répercussions positives sur la consommation de chauffage, l'entretien moindre du bâtiment pour le bailleur ou les propriétaires, le confort des habitants et la bonne qualité de l'air intérieur.

Lever les obstacles réglementaires pour offrir des solutions innovantes

Alors que les amendements sur la loi de transition énergétique sont en cours d'examen à l'Assemblée et que Madame Royal s'est prononcée pour la construction d'édifices publics et de logements sociaux Bepos avant 2020, les professionnels du bâtiment se tiennent plus que prêts à mettre en œuvre leur savoir-faire.

Ce rapport va dans le bon sens en incitant les acteurs du BTP à anticiper et s'adapter à la mutation économique, industrielle et énergétique actuelle. Le groupe Schöck est ainsi désireux de voir les futures réglementations aller plus loin. Cela ne sera possible que si l'accès au marché des nouvelles techniques innovantes est facilité.

Ces barrières à l'innovation, dont le rôle est crucial dans la transition énergétique, ne pourront être levées que par un système moins bureaucratique et plus transparent, par la simplification des nombreuses aides, par la redéfinition du rôle du CSTB, ou par l'articulation des règles françaises et européennes... C'est au cœur de la loi sur la transition énergétique que ces mesures doivent être mises en place afin d'encourager l'innovation qui nous permettra de construire au plus vite les bâtiments responsables promis pour 2020 – 2050.

Téléchargements
72dpi-153.zip
zip, 273,44 KB
300dpi-154.zip
zip, 2,12 MB
R_action_R.Kieffer_RBR2020.pdf
pdf, 552,95 KB
R_action_R.Kieffer_RBR2020.txt.docx
docx, 17,36 KB