Chercher

Concilier réglementations PMR et thermiques

120688_Bbea_Newsletter_2_Maenner_470x260px_rgb_72
Le respect du code de la construction et de l’habitat nécessite de faire appel à une multitude de réglementations qui ont été rédigées en suivant chacune leur objectif propre. Cela rend très difficile l’élaboration d’une solution thermique parfaitement ad

Suite à l'entrée en vigueur de la réglementation PMR en 2008, Schöck bénéficie aujourd'hui du recul nécessaire pour constater, et regretter, que l'addition de textes ait un impact inévitable sur la cohérence de l'approche constructive des bâtiments. Les questionnements rencontrés sur chantiers démontrent une nouvelle fois l'importance d'un travail commun entre architectes et bureaux d'études dès les premières réflexions sur l'approche du bâtiment afin de proposer les solutions les plus pertinentes possible au regard des différentes réglementations. Selon Raphaël Kieffer, Directeur général de Schöck France, « sur le terrain, la complexité réglementaire et ce manque de concertation amène parfois à constater la mise en œuvre de solutions techniques qui ne sont pas conformes aux règles de l'art. La plupart du temps, les solutions se font au détriment de l'isolation thermique. »

En matière d'accessibilité, pour traiter les ponts thermiques de manière efficace, à l'endroit des liaisons dalle-balcon, il est nécessaire de
« composer » avec les différents DTU et règlements afin de proposer des solutions pertinentes techniquement, au plus près des exigences réglementaires. Fort de leur connaissance technique et de terrain, les équipes de Schöck France ont été les premières à poser ce problème et à faire valider leurs solutions par le CSTB auprès des Groupes Spécialisés 20 pour les produits et procédés d'isolation, GS 5 pour l'étanchéité et GS 6 pour les composants de baies et de vitrages.

Dans le dernier Avis Technique pour les rupteurs Schöck Rutherma® datant d'août 2011, deux solutions non exhaustives ont ainsi été validées et sont jugées conformes à la réglementation. Cependant Raphaël Kieffer confie que, « il est clair qu'aucune solution n'est parfaite mais Schöck s'emploie chaque jour à proposer la meilleure. Nous ne pouvons nous satisfaire de ces premiers avis technique et appelons l'ensemble des acteurs de la construction à une concertation globale afin de proposer des solutions qui, si elles ne peuvent répondre à la lettre de la réglementation, parviennent néanmoins à en respecter l'esprit. »